Pursuit of Happiness

PURSUIT-OF-HAPINESS

Quand j’avais 14 ou 15 ans, au travers d’une conversation, ma mère m’a dit « et bien oui, toi tu as quand même du caractère, quand tu as décidé de faire quelque chose, tu vas jusqu’au bout, jusqu’à atteindre ton objectif ». C’est bête comme de simples paroles, parfois banales, lors d’une discussion banale, peuvent marquer. Je me souviens exactement du sentiment ressenti à ce moment-là. Beaucoup de fierté d’abord, qu’elle puisse voir ce trait de caractère chez moi et de surprise aussi qu’elle puisse me dire ça, elle qui est pleine de pudeur.

Cette niaque que j’ai toujours eu en moi sans trop y réfléchir, je l’ai petit à petit perdu. Comme si elle me glissait entre les mains. Jusqu’à atteindre ce point de non retour il y a deux mois.

Très tôt, j’ai voulu devenir journaliste. Si je devais donner un « métier » rêvé, j’aimerais être Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue. Parce que très tôt aussi, la mode m’a passionné. Si je devais donner un pays dans lequel j’aimerai vivre, je vous dirais également, sans réfléchir, les Etats-Unis. Car ça ne s’explique pas, l’Amérique est l’endroit où je me sens chez moi.

 

DSC_0012

Je n’ai pas eu la possibilité lors de mes études de prendre la voie du journalisme et je n’ai pas eu assez confiance en moi pour suivre celle de la mode. Je me suis trouvé un compromis dans la communication. J’ai eu mon BTS et je devais continuer avec au minimum une licence en alternance. Et puis au dernier moment, l’école dans laquelle je devais suivre ce cursus à décider de ne pas ouvrir à Grenoble.

L’agence de com’ dans laquelle je devais faire mon alternance m’a alors proposé de m’embaucher. C’est comme ça que j’ai commencé à travailler à l’âge de 19 ans. J’ai ensuite décelé l’opportunité de me mettre à mon compte. Et c’est comme ça que je suis alors devenu mon propre patron à l’âge de 20 ans. La prochaine étape, le prochain projet était ensuite de partir en Australie pour un an. J’ai vécu en partie 5 mois à Melbourne, où la chance m’a encore souri puisque j’ai pu trouver un job dans ma branche.

Cet enchainement de projets m’a construit. Toutes ces expériences m’ont énormément appris. Et surtout, j’étais fière. Fière de pouvoir enchainer ces objectifs et d’avoir cette succession d’étapes qui vous font tracer votre chemin.

DSC_0025

Et puis il a fallu rentrer en France et recommencer à zéro. Je ne sais pas si certaines d’entre vous ont vécu une expatriation, mais le retour est aussi une étape du voyage. Celle de rentrer, de se rendre compte que votre entourage à continuer d’avancer et qu’il vous faut, vous aussi, reconstruire une « vie normale ». Bonjour l’appartement, bonjour le CDI.

Jusqu’au jour où vous vous levez un matin, comme tous les jours. À la différence que votre premier réflexe est celui de pleurer. Ca m’a frappé, comme une grande claque. Et la seule chose que je pouvais me dire ce matin-là était « Je ne suis pas heureuse dans cette vie-la ».

Je n’en ai parlé à personne pendant de longs mois. J’ai aussi pensé que ces coups de moins bien n’étaient qu’une passade. Mais le « quotidien » a remplacé le « passager ». Je me suis efforcée de faire bonne figure, jusqu’au moment où je suis devenu ma propre imposture. Répétant à qui voulait l’entendre un discours machinale : « oui, oui ça va ». Jusqu’à ce fameux matin où je me suis aussi dis que je ne pouvais pas, à 24 ans, rester comme ça.

Ce qui m’effraie le plus est l’avenir. Moi qui est toujours rêvé d’une « grande carrière », d’accomplissement, de la vie que je souhaitais, cela s’est transformé en un grand tourbillon de doutes. Je me suis souvent demandé quand est-ce que j’avais exactement perdu cette fameuse niaque. Quand est-ce que j’avais merdé sur le chemin, quand est-ce que j’avais pris le mauvais virage.

Lorsque j’ai parlé à mon entourage de ce mal-être, plusieurs m’ont dit que malgré ma machine bien rodée, le fait que je ne sois pas heureuse, que quelque chose n’allait pas, se voyait.

 

Et tout naturellement est venu la prochaine étape : Et maintenant, je fais quoi ?

J’ai beaucoup réfléchi, j’ai voulu partir à l’étranger sur un coup de tête, j’ai pensé à reprendre mes études, je me suis énormément renseigné sur les visas aussi et les possibilités de travailler à l’étranger.

Pour le moment, je n’ai pas pris de décision radicale. Mais si il y a bien une question dont je n’ai pas encore la réponse, c’est « qu’est ce que je veux faire de ma vie ».

N’étant pas au mieux de ma forme et même si cela fut compliqué, j’ai décidé aussi de mettre ce blog en pause. De relâcher la pression trop importante que je me mettais. Car si pour certaines personnes de mon entourage, ce blog peut les faire doucement sourire, il représente beaucoup pour moi. Il me permet d’être ma petite Anna Wintour à moi. De m’exprimer, de tester et surtout de partager. De bavarder avec vous. De ce que j’aime et de ce qui m’inspire.

Ce qui m’a le plus surprise pendant ces deux mois, c’est de voir la bienveillance dont vous avez fait preuve. Les messages et les emails que certaines d’entre vous ont pu m’envoyer, s’inquiétant de ne plus avoir de nouvelles. De deux lectrices également qui ont eu la gentillesse de me prévenir que deux blogs avaient plagié mes articles.

Au vue du nombre de visites, vous avez toujours été là pendant ces deux mois malgré mon absence et je vous en remercie infiniment. Vraiment.

DSC_0024

J’ai décidé de me laisser quelques moi pour réfléchir à la suite. Au fait de peut-être reprendre des études ou d’essayer de travailler à l’étranger. Mais je me suis par contre promis une chose : celle d’essayer.

Ce qui me retiens le plus est la confiance en soi. Alors j’ai décidé, autant au niveau professionnel, que personnel, c’est à dire avec ce blog, de me faire plaisir et d’oser. De suivre mon instinct et mes envies pour ne pas avoir de regrets pendant ces quelques mois que je me donne pour réfléchir sur ce que sera la prochaine étape.

Après cette petite (longuuue pause) j’ai donc décidé de gonfler les poumons, de me faire confiance et de revenir à 100%. Je suis à la poursuite de mon bonheur, à la recherche d’une vie qui me plait. Et là où je me sens le mieux en ce moment, définitivement, c’est ici.

 

Alors merci à vous !

Ps : oui, le design du blog s’est fait une petite beauté, j’avais besoin de revenir sur une nouvelle base et je l’aime beaucoup. J’espère que vous aussi !

Ps2 : Peut-être que vous aussi, vous avez traversé ce genre de « méga crise existentielle » comme j’aime l’appeler avec humour. Qu’est ce qui vous a reboosté ? Fait rebondir sur un nouveau projet ?

Je vous embrasse,

 

Suivre:
Partager:

14 Commentaires

  1. Léa
    Fév 16, 2016 / 10:21

    Bonjour Ambre 🙂
    Je m’appelle Léa et j’ai 21 ans. Lire ton article m’a fait beaucoup de bien, Pace que depuis le mois de déclare je vis la même situation. Avoir une vie dans laquelle on ne peut pas se plaindre mais pourtant ne pas se sentir à sa place, ne pas être bien et ne pas voir l’issu.
    Personnellement je suis étudiante mais aussi serveuse le week end, ce rythme de travail du lundi à 8h jusqu’au dimanche soir à minuit m’a mené en dépression. Maintenant je suis en arrêt maladie à mon boulot, et e n’arrive plus à aller en cours.
    La seule chose qui me rebooste un peu c’est de me réorienter dans un BTS qui m’intéresserais plus.
    Voilà voilà je me suis un peu étalé mais je voulais te dire que tu réalise tes rêves à ton niveau et ton blog est juste génial 🙂

    • MyFrenchMuse
      Fév 16, 2016 / 10:47

      Merci beaucoup Léa pour ton commentaire et tes encouragements. Je comprends ton épuisement. Ton corps a dit stop à ce rythme effréné. Si je peux te donner un conseil, c’est d’effectivement changer de voie si le BTS ou la formation que tu suis actuellement ne te plaît pas. Il n’est jamais trop tard pour cela et quand bien même ton entourage pourrait ne pas le comprendre, tu ne vis pas pour les autres mais pour toi. Construis le chemin que tu veux. Et si la perspective de changer pour un nouveau BTS te rebooste, alors fais toi confiance, car ce sentiment est très positif, surtout dans ces moments de doutes. Je te souhaite beaucoup de courage et je t’embrasse fort ! Ambre

  2. Nowelia
    Fév 16, 2016 / 10:28

    Ton post est très honnête. J’ai eu aussi ma période down, et avec le sentiment de ne pas pouvoir vraiment l’exprimer (sauf auprès de mon chéri). Quand tout te réussi, tu n’as pas le droit aux yeux des autres d’avoir de mauvaise période. T’as un boulot qui paye bien (mais dans lequel je ne suis pas du tout épanouie), un chéri (mais comme chaque couple on a des hauts et des bas, juste on ne lave pas notre linge sale devant les autres), un super appart, un bébé zen (mais je ne me sens pas bien dans le rôle de maman, le changement est brusque et radical) et tu rentres de vacances de quoi tu te plains. Donc on ramasse son malaise, et on remet son masque.
    Les trucs qui m’ont fait avancer c’est de me rappeler les choses positives de ma journée (même des trucs insignifiant comme une porte tenue, un échange avec un autre usager du metro…) ça aide a se dire que la journée n’est pas complétement nulle et que les petites choses aussi aident au bonheur.
    Et après j’ai fait mon égoïste, fini la fille qui se pli en 4 pour les autres. J’apprends a dire non quand je n’ai pas envie. Je fais des trucs juste pour moi.
    Et le sport, je ne pense à rien, je me concentre sur mon effort, mon corps est fatigué et ça me fait oublier celle de ma tête. Mais la je ne t’apprends rien 😉
    Mais ne t’inquiète pas ça finit par passer, j’espère que tu trouveras ta voie. Et dis toi qu’il n’y a qu’à ceux qui ne tente jamais rien, à qu’il n’arrive jamais rien. Fais toi confiance. Bon courage pour cette période de réflexion.
    Et j’ai hâte de voir les post 100% Ambre.

    • MyFrenchMuse
      Fév 16, 2016 / 10:42

      Merci beaucoup Nowelia pour ton commentaire et surtout de prendre le temps de laisser un message ici. Il est toujours « difficile » de s’ouvrir comme ça sans avoir vraiment d’interlocuteur je dirais 🙂

      Je te comprends à 100% et j’arrive à prendre beaucoup de recul sur ma situation : j’ai un métier qui me permet d’être indépendante financièrement, de vivre très bien ma vie comparé à d’autres. C’est d’ailleurs difficile de faire comprendre à son entourage, que quand bien même j’avais conscience de tout cela, je n’étais pas heureuse. Le bonheur est personnel et ce sentiment est différent pour chacun. On a, de l’extérieur, tout pour être heureux, mais les ressentis qui sont au plus profond de nos tripes, le fait d’être heureux, ne suit pas.

      Comme toi, le recul et les petits bonheurs du quotidien sont quelques choses que j’appliquent tous les jours. Des gestes anodins peuvent être bien plus importants pour la personne qui les reçoit. C’est exactement mon cas lorsque j’ai lu ton commentaire. C’est aussi un élément qui m’a permit de me dire : ok tu as un métier qui te permet de vivre, d’avoir un toit au dessus de ta tête, ça te laisse le temps de réfléchir pour la suite. J’ai tendance à prendre des décisions radicales, mais cette fois-ci je préfère prendre mon temps, suivre mon instinct et ce qui m’attire le plus pour ensuite prendre des décisions.

      L’une de tes dernières phrases me marque également car c’est exactement ce que je me suis dis. Je n’ai pas tenté jusqu’à maintenant certaines choses dont j’avais envie. Et si il y a bien une chose que je ne souhaites pas, c’est d’avoir des regrets. Je me sens beaucoup mieux justement depuis que je me suis dis : fonce, qui ne tente à rien, n’a rien. J’ai tendance à vouloir et avoir plusieurs idées à la minutes, mais ne pas avoir la confiance nécessaire pour les mettre en oeuvre. C’est définitivement ce qui ressort le plus de tout ça, j’ai décidé maintenant d’oser.

      Alors merci, du fond du cœur, pour tes conseils et ta bienveillance ! Je t’embrasse, Ambre

  3. Chloé
    Fév 16, 2016 / 10:53

    Salut Ambre,
    Je lis souvent tes articles car j’aime bien ton style d’écriture et je trouve que tes conseils fonctionnent (pour moi en tout cas!).
    Je suis partie en Asie il y a maintenant 1 ans et j’ai vécu pendant 2 mois à Shanghai et 3 mois à Singapour. Malgré quelques mésaventures cette aventure a été parfaite et le retour très dur. Je suis passé d’une situation où je me levée tous les matins avec le sourire et ne le quitté pas de la journée et d’une confiance en moi ressourçante à un retour ou je me suis senti vide, ou en deux mois j’ai perdu toute la confiance que j’avais accumulé.
    Pour me relever je me suis alors fixée des crédos :
    1- rien n’est impossible (la preuve en est, je voulais intégrer le monde du luxe et je l’ai fait)
    2- travailler beaucoup (je n’ai pas eu de vacance depuis 1 an même pour Noël et je me suis habitué au journée de 10-12h de boulot)
    3- ne regarder que des films drôles ou de voyage (car très honnêtement avec le stress et tout c’est pas le moment de me donner le cafard. Sauf petite exception pour le film La loi du marché que j’ai regardé il y a une semaine et qui est pas mal du tout.)
    4- prendre soin de moi : en ce moment je me lève en faisant du yoga, puis tes fiches 30 jours fesses fermes et objectif ventre plat et je mange très sainement, avec beaucoup de fruits et légumes en alternant viandes, poissons et céréales types quinoa.
    5- faire confiance à la vie: j’ai décidé de lâcher prise et de me laisser guider. Car je ne peux pas tout contrôler et c’est peut être mieux ainsi.
    6- faire la liste de mes envies (ça m’a donné des objectifs et booster. Beaucoup sont des challenge du type: faire du surf, plonger dans les Cenotes au Mexique etc)
    7- me forcer à voir les belles choses qui m’entoure : la luminosité incroyable qui passe actuellement par mes fenêtres, le ciel bleu etc des choses comme ça.

    Ces crédos m’ont permis de passer outre et de retrouver ma bonne humeur et ma détermination.

    Après cela marche pour moi mais ne marchera peut être pas pour d’autres.
    Dans tous les cas rappel toi que tu as réussi à reunir nombre d’inconnus sur ton blog et à les fidéliser et que ça c’est pas rien ! N’oublie pas aussi que nous t’envoyons du soutien alors sert en comme énergie.
    Et puis bravo pour ce que tu realises.

    Courage à toi et bonne continuation,

    Chloé

    • MyFrenchMuse
      Fév 16, 2016 / 11:29

      Hello Chloé,

      Merci pour ton petit mot, j’ai adoré ta liste, je suis exactement comme toi…Et je dis OUI pour les Cenotes au Mexique ! Pendant ces deux mois, j’ai dressé une liste de ce que je souhaitais pour retrouver aussi ma détermination. Il suffit parfois d’une feuille blanche pour remettre ses idées en ordre et de petits gestes au quotidien pour retrouver le sourire. Je me gave aussi de TEDx qui sont tous plus inspirants les uns que les autres et qui me reboostent. D’une manière générale, je me gave de choses positives et je vois déjà une grande différence au niveau du moral.

      Et le plus important, comme tu le dis si bien : lâcher prise. J’ai décide de lâcher prise sur mes angoisses, sur l’avenir et de me laisser guider par ce qui arrive, par la vie tout simplement, tout en passant à l’action pour faire les choses que je n’osais pas faire avant.

      Merci pour ta liste en tout cas, c’est une super idée…Prochain film sur ma liste à voir : Into The Wild (oui je sais, le classique, j’ai trois trains de retard 🙂 )

      Je t’embrasse,
      Ambre

  4. Emilie
    Fév 16, 2016 / 11:23

    Bon courage Ambre, tu vas reprendre le dessus.
    Au plaisir de te lire!
    Emilie

    • MyFrenchMuse
      Fév 16, 2016 / 11:30

      Merci beaucoup Emilie pour tes encouragements !
      Je t’embrasse,
      Ambre

  5. Fév 16, 2016 / 11:46

    Contente de te revoir parmi nous! J’ai aussi eu une période où je n’étais vraiment pas bien après la classe prépa (qui s’était très mal passée). Je doutais de tout, mais surtout de moi et de mes capacités. Il m’a fallu un an pour « remonter la pente », mais ce qui m’a fait le plus de bien, cela a été de monter mon projet Erasmus puis de vivre à fond mon année Erasmus. Sans compter la course à pied qui m’a prouvé qu’avec un peu de bonne volonté, j’étais capable de beaucoup de choses !J’espère que cela ira mieux et que tu trouveras ce que tu cherches. Mais en tout cas, tu as raison d’essayer ! Bonne journée à toi !

    • MyFrenchMuse
      Fév 16, 2016 / 1:35

      Merci Margaux,

      Tu as bien fais de te concentrer sur ce projet d’Erasmus et d’en avoir bien profité, c’est une super expérience ! Le dépassement de soi au niveau physique fait également beaucoup de bien au mental, c’est vrai ! J’attends que les températures dans mes montagnes soient un peu plus clémentes pour me faire un petit run également, en attendant le ski remplace le tout 😉

      Merci encore,
      Je t’embrasse,
      Ambre

      • Fév 16, 2016 / 6:57

        Ne t’inquiète pas. Tu as bien écris mon prénom 😉 C’st vrai que me concentrer sur un projet constructif m’a fait beaucoup de bien et m’a permis de voir de l’avant. Maintenant, le sport fait clairement partie de mon équilibre. C’est ma petite thérapie quotidienne 😉

        • MyFrenchMuse
          Fév 18, 2016 / 10:28

          Me voilà rassuré pour ton prénom 🙂 Je te suis sur Insta avec plaisir et je peux voir ton évolution, continue comme ça, c’est génial ! Bravo à toi !

  6. Justine
    Fév 18, 2016 / 3:56

    Article tres humain, il faut avoir beaucoup de confiance déjà pour se livrer comme tu le fais.
    Je ne laisse pas beaucoup de commentaire mais j’adore tous tes articles, ils sont à la fois intéressants sans se prendre la tête et c’est ce qui te rend une blogueuse proche des lectrices.
    En tout cas moi aussi j’ai des moments de doutes, dans ma vie professionnelle, j’ai 21 ans et l’impression de ne pas avoir accompli certaines choses comme justement vivre à l’étranger. J’adore voyager mais je n’ai pas passé le cap de construire quelque chose sur la durée ailleurs qu’ici.
    Mais je pense que quand on souhaite vraiment quelque chose, on fait tout pour l’accomplir.
    Merci pour tes belles paroles, pleines de vie!
    Et j’espère te lire encore longtemps
    Justine

    • MyFrenchMuse
      Fév 18, 2016 / 4:59

      Merci Justine, ton commentaire me fais très plaisir, car comme je le dis souvent, je m’adresse au travers de mes posts à des « inconnus » même si je ne vous considère pas comme tel. C’est donc génial d’avoir un retour de votre part, je te remercie de prendre le temps de laisser un message ici.

      Tu es encore jeune, il est donc normal d’avoir des moments de doutes. On en aura à tous moments de notre vie, mais la vingtaine est je pense, une période où l’on se cherche un peu plus lorsque l’on devient indépendant et adulte. Comme tu le dis si bien, lorsque l’on souhaite vraiment quelque chose, on fait tout pour l’accomplir. Il y a de meilleurs moments que d’autres pour voyager ou habiter dans un pays étranger, c’est vrai, mais rien n’est figé dans le temps.
      Du peu d’expérience que j’ai, tout ce que je pourrais te dire, c’est de foncer si tu souhaites avoir une expérience à l’étranger (que cela soit pour les vacances, plusieurs mois ou plusieurs années). C’est très enrichissant. L’expérience que j’ai eu en Australie m’a fait découvrir de très belles choses et m’a permis de grandir, de passer outre les obstacles. Il n’y a rien de mieux pour élargir sa vision, donc je te souhaites de pouvoir le faire.

      Je t’embrasse,
      Ambre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *